logos de la République française, et du vice-rectorat

Vous êtes ici: Accueil > Vice-Rectorat > Archives

Remise des mentions au Bac (suite)

Je vous remercie de votre présence et vous présente mes salutations de la journée. Je suis particulièrement heureux de vous inviter à partager ce moment solennel de reconnaissance des mérites de nos élèves bacheliers titulaires d’une mention. A cette session 2012, 33 lauréats ont été distingués. Ils étaient 20 l’an dernier. Parmi les 33 élèves de cette session, 5 ont obtenu une mention bien : 3 dans la voie générale, 1 dans la voie technologique et 1 dans la voie professionnelle. 28 lauréats ont obtenu une mention assez bien. 5 dans la voie générale, 4 dans la voie technologique et 21 dans la voie professionnelle où métiers des services administratifs et commerce totalisent 16 des 21 mentions assez bien de la voie professionnelle. Ces résultats sont gage d’excellence.

Jeunes gens, Belle jeunesse, comme le disait Malraux, je vous félicite pour votre brillante réussite. Vous pouvez être fier. Ce résultat est l’aboutissement d’un effort soutenu. L’effort dans le travail est au centre du métier d’élève. Il ne peut pas en être autrement et dire le contraire serait mentir. Mais, dans mon esprit, le travail n’est pas une lourde besogne, même si l’origine du mot peut être trompeuse. Faire des études ce n’est pas se soumettre à la torture, ni entrer en esclavage. Bien au contraire, étudier, c’est vouloir s’émanciper et briser les chaines de l’ignorance. Un élève qui apprend s’élève pour accéder au savoir universel. Apprendre, c’est vouloir comprendre le monde, c’est dire étymologiquement, prendre le monde avec soi pour devenir un être éclairé comme le définissait les philosophes du 18ième siècle, ceux du Siècle des Lumières.

Eclairé par quoi ? Mais par le soleil du savoir plutôt que de rester dans l’errance de la nuit, privé de solides repères pour finalement céder à la plus petite des illusions. Apprendre c’est vouloir se transformer en visionnaire capable d’appréhender le Monde dans sa réalité tout en convenant des limites de nos connaissances, conscients des doutes qui persistent dans l’explication des phénomènes. Apprendre c’est refuser de confondre l’être et le paraître. Je ne vais pas vous reparler du mythe de la Caverne de Platon. Je sais qu’après cette année exigeante vous aspirez à quelques minutes de repos. Pourquoi d’ailleurs quelques minutes de repos et pas davantage ? La réponse est simple. Un humaniste doit être toujours en veille, son esprit ressemble à une sentinelle qui garderait le fort des valeurs universelles. L’humaniste doit, en toute occasion, faire preuve de lucidité et de clairvoyance même s’il s’adonne à la lecture paisible d’un article de presse, regarde un film ou contemple une œuvre d’art. C’est ce que l’on appelle disposer d’un esprit critique. L’esprit critique animera vos études supérieures et fondera vos jugements. Il est au cœur du projet républicain. N’oubliez pas, chers élèves que le diplôme que vous recevez aujourd’hui et qui naît au 13ième siècle à l’Université de Paris est le premier grade de l’enseignement supérieur. Il faut bien que vous compreniez que le détenir c’est faire le vœu d’accéder à des formes organisées et complexe de la connaissance, du savoir, qui exigent que l’on ait un vif intérêt pour ses études, pour ensuite les prolonger dans sa vie professionnelle mais aussi dans sa vie personnelle. Dans sa voie professionnelle, le baccalauréat permet une insertion reconnue et un diplôme recherché par les entreprises et les administrations.

Permettez-moi d’associer à mes félicitations vos enseignants. Je les remercie d’avoir accompli avec bienveillance, exigence et rigueur leur devoir. Enseigner c’est d’abord vouloir faire don de son savoir. C’est désirer transmettre un héritage immatériel qui appartient à la communauté des hommes. Enseigner, c’est un art au vrai sens du terme. L’enseignant est un artisan. Ce savoir que l’enseignant transmet à ses élèves sous la forme d’apprentissages n’est pas au cœur de notre institution, il est le cœur battant de notre Ecole. Dans l’Education nationale, il y a bien d’abord des maîtres et des élèves. Une école, un collège, un lycée, c’est avant tout le lieu de la rencontre des élèves avec leurs maîtres. Les savoirs, sans élève pour les recevoir, sans enseignants pour les dispenser, n’existeraient pas et l’Ecole n’existerait pas non plus.

Dans ces organisations de proximité que constituent nos établissements, un rôle essentiel est tenu par le chef d’établissement. Il est l’initiateur des stratégies de mise en œuvre des politiques éducatives dans un territoire. Il est le référent de tous et de chacun, l’architecte qui impulse, régule, crée du lien entre l’ensemble des acteurs. Il est aussi le garant des orientations que le Parlement définit en matière d’Education et le représentant du Ministre. C’est la raison pour laquelle, Monsieur le Proviseur, Mesdames et messieurs les principaux des collèges, Monsieur le Proviseur adjoint, vous pouvez être fier d’avoir contribué, par votre action, au succès de vos élèves. Ils vous le doivent.

Bien sûr, pour conforter son action, l’Ecole à des partenaires légitimes. Aux premiers rangs desquels, chers élèves se placent vos parents. Ils vous ont accompagnés, sans relâche dans votre longue scolarité. Pendant une quinzaine d’années, jour après jour, ils vous ont tenu la main, dans les réussites comme dans les épreuves, soutenus dans les instants de doute, aux moments de vos choix d’’orientation. Ils ont toujours été présents. Votre succès d’aujourd’hui est aussi le leur. Ne l’oubliez jamais. Je suis sûr qu’à la veille des épreuves du baccalauréat, ils étaient tout autant inquiets que vous. Et, peut-être même davantage mais ils se gardaient bien de vous le montrer. L’Education nationale, depuis ses origines, considèrent que les parents sont les premiers partenaires de l’Ecole. Cela va de soit. La famille est le creuset éducatif de nos élèves. C’est pourquoi, je souhaite ardemment promouvoir un dialogue fort et permanent avec les parents.

Pour conclure, je voudrais remercier l’ensemble des acteurs de la société civile et religieuse qui sont concernés par l’acte éducatif et œuvrent pour l’avenir de notre jeunesse. A Wallis et Futuna, terre des inédits, la présence de la congrégation mariste, le conventionnement du premier degré à l’enseignement catholique fait que nous sommes, Monseigneur, Monsieur le Directeur de l’Enseignement catholique des partenaires indissociables et je m’en réjouis. Je vous remercie pour notre utile, respectueuse et sincère collaboration. Pour vous, comme pour nous, l’exercice aurait pu paraître un peu difficile et les équilibres sous tension. Il n’en ait rien. Nous partageons les mêmes valeurs et visons les mêmes objectifs. Ce qui est vrai des relations entre le premier et le second degré sur le Territoire est aussi vrai des liens qui unissent le service public d’Education avec les chefferies et notamment la Grande chefferie d’Uvéa représentée Kalae Kivalu, qui place l’éducation en position prioritaire dans son action ainsi que les chefferies de Futuna toujours attentives aux questions scolaires.

Je sais que les parlementaires, Monsieur le Député, Monsieur le Sénateur, l’Assemblée Territoriale, Monsieur le Président et naturellement l’administration supérieure, Monsieur le Préfet contribuent de manière essentielle à la cohésion de l’ensemble des forces qui dans un esprit toujours constructif servent la réussite de nos élèves. En témoigne celle qui nous rassemble aujourd’hui avec ces beaux succès au baccalauréat.

Jeunes gens, permettez-moi de vous renouveler toutes mes félicitations et je formule deux vœux : celui que vous transformiez ce premier essai dans vos études supérieures, dans votre parcours professionnel et le second que nous ayons à l’avenir à Wallis et Futuna le plaisir d’avoir davantage de mentions au baccalauréat et fixons-nous l’objectif de quelques mentions très bien pour la prochaine session.

Je vous remercie.

listes des lauréats aux baccalauréats général, technologique et professionnel - avec mention - session 2012

NB NOM PRENOM MENTION SERIE
1 FITIALEATA MARIE REINE ASSEZ BIEN ES
2 PALMISTE HELIENA BIEN ES
3 JEANJEAN SOPHIE ASSEZ BIEN S
4 LEBARS NOLWENN BIEN S
5 PAGOT JULIE BIEN S
6 THROUILLET RAYMON ASSEZ BIEN S
7 VEHIKA JONATHAN ASSEZ BIEN S
8 PAGOT MARGOT ASSEZ BIEN L
9 FISIIPEAU ANA ASSEZ BIEN STG CRH
10 MOTUKU JOANA ASSEZ BIEN STG CRH
11 UATINI AYRTON ASSEZ BIEN STG CRH
12 KAVAKAVA JAMES BIEN STG CFE

Mise à jour : 23 avril 2015

Imprimer la page Modifier la taille des caractères Modifier la taille des caractères